Menu

Etre un homme assistant maternel by Monsieur Nounou

Interview Monsieur Nounou, un homme assistant maternel : Kit de survie pour nounou, blog d’entraide et conseils pour auxiliaires parentales, gouvernantes d’enfants et assistantes maternelles. Maternité, parents, enfants, bébés

 

Hello les galériennes,Femme manga blouse blanche a lunette mascotte de kit de survie pour nounou en galère brille
Avec seulement 0,5% d’hommes assistants maternels et 2,7% d’auxiliaires parentaux, Monsieur Nounou fait partie des OVNI masculins de notre profession. Après avoir découvert sa page facebook pleine d’humour piquant et d’instants « mignon-mignon » j’ai eu envie de découvrir l’homme derrière le profil. Et je ne suis pas déçue, bonne lecture ^^

Coucou Monsieur Nounou, une petite présentation pour commencer ?

Bonjour !
Je m’appelle Mehdi, j’ai 35 ans, je suis père de deux garçons de 8 et 5 ans et je vis dans cette région qu’on appelle désormais « Hauts de France ». Je suis un ancien employé comptable aujourd’hui reconverti dans la petite enfance. En dehors de mon activité, je tiens une page Facebook sur laquelle je poste un peu ce que je fais avec les enfants. J’y relaye aussi des articles qui me semblent  pertinents et je fais (un peu trop) d’humour.

Qu’est-ce qui t’a donné envie de devenir nounou ?

« Un grand tout » je dirais. La réponse risque d’être longue… Quand ma femme est tombée enceinte de notre second enfant, la question du congé parental s’est posée. Vic, notre aîné, allait chez une nounou mais la situation s’était un poil dégradée. Elle racontait peu de choses sur ses journées, beaucoup de promesses n’avaient pas été tenues en terme d’activités et de sorties. Pourtant nous n’étions pas très exigeants en la matière, il n’était pas question pour nous de transformer la période nounou en « prépa maternelle ». Mais là, j’avais vraiment le sentiment qu’il ne faisait rien de ses journées, le pauvre… Et puis aussi, je n’étais pas particulièrement épanoui dans mon job. J’aimais bien la compta, mais pas les conditions dans lesquelles je la pratiquais. L’ambiance dans ma boite était horrible et ce n’était pas le cas pour ma femme.

Alors j’ai tenté le coup du congé parental en janvier 2012 avec un fils de 2 ans et demi et un autre de 4 mois. Jusque là, je dirais que nous nous occupions de nos enfants un peu à égalité. Me lever à minuit me cassait les pieds mais lorsqu’on avait besoin de moi à 3h du matin, ça ne me posait pas de problèmes. Pour les couches j’ai vite appris, partir en balade était assez plaisant. Seul le lit parapluie est longtemps resté un mystère pour moi ! J’ai prononcé pas mal de gros mots en essayant de m’en servir alors que ma femme dépliait et pliait ça en 3 minutes.

Bref, quelques mois après le début du congé, sans m’étaler sur la question, une copine se retrouve en difficultés avec sa nounou. J’ai proposé de garder son fils, c’était 2 ou 3 jours par semaine, le temps qu’elle trouve quelqu’un d’autre. Il avait alors 20 mois, très éveillé et ça faisait un peu de nouveauté à la maison. C’est vite devenu un copain de mon fils aîné qui avait alors des difficultés que nous ne faisions que soupçonner et sur lesquelles nous n’arrivions pas à mettre un nom. Je me suis retrouvé à accueillir le p’tit pendant 6/7 mois finalement. Il était bien chez moi il faut croire. Tenter l’aventure « ass mat » est apparu comme évident parmi les gens qui me connaissaient. La longue procédure a donc débutée.

Comment a réagit ta famille vis-à-vis de ton choix de carrière ?

Rien à dire, ma femme a été parfaite. Elle m’a toujours apporté un soutien sans faille et était aussi heureuse, je pense, d’être l’une des rares mamans à pouvoir se plonger un peu plus dans son job sans penser aux sorties d’école et autres rendez-vous chez le médecin. Elle savait que je gagnerai assez mal ma vie mais elle ne m’a jamais rien reproché. Pour le reste, je n’ai pour ainsi dire plus de famille, à part des gens que je côtoie peu et qui vivent loin. J’ai perdu mes parents relativement jeune, avant 28 ans et je suis fils unique.

Est-ce que le fait d’être un homme a posé des problèmes pour avoir l’agrément ?

Difficile à dire… Dur, peut être pas, encore que j’ai parfois senti que la puéricultrice faisait tout pour me piéger mais j’ai appris plus tard qu’elle avait globalement une réputation de sévérité auprès de toutes et tous donc… J’avais plus le sentiment d’être une attraction par moment. A la formation j’ai été bien reçu. Nous étions 2 hommes sur 25 personnes je dirais « Ca s’est bien passé ». Ca surprenait mais je n’ai pas eu alors de réactions négatives, jamais.

Comment les parents réagissent-ils? Sont-ils plus méfiants ? Ont-ils des préjugés (instinct maternel, pédophilie, …) ?

Clairement, ils ne viennent me voir pour le moment que si « UNE » ass mat de bonne réputation leur dit que je suis bien. Sinon ce n’est pas un réflexe de frapper à ma porte. C’est le jeu, je m’y attendais. J’espère enchaîner suffisamment d’expériences positives pour pouvoir vivre de ma bonne réputation. En dehors de ça, ceux qui viennent sont sans doute méfiants mais je peux le comprendre. On a souvent peur de ce qu’on ne connait pas et un homme ass mat fait encore figure d’extraterrestre. C’est déjà pas facile de confier son nouveau né à des étrangers alors quand en plus on n’a pas forcément en face le profil qu’on imaginait pour x ou y raisons, la crainte augmente.

Existe-t-il une rivalité entre les papas et toi?

Jusqu’ici, pas le moins du monde. Il y a une bonne entente je crois.

Que dirais-tu à une famille qui a peur de prendre un homme comme nounou?

« N’ayez pas peur », tout simplement. De toute façon, dans ce milieu, on est assez vite au courant d’une bonne ou d’une mauvaise réputation, qu’il s’agisse d’un homme ou d’une femme. Alors pourquoi refuser un homme par principe ? Laissez-nous une chance, venez au moins nous rencontrer, ça n’engage à rien !

Pour toi quels sont les avantages à être un homme dans ce métier ?

L’originalité 😀

Qu’est-ce que tu dirais à un homme qui a envie de devenir nounou ?

Plus que jamais, il ne faut pas avoir peur du regard des autres et du « qu’en dira-t-on ». Il y a de la place pour nous dans ce métier. Je suis convaincu qu’on peut apporter quelque chose !

Ta page Facebook te permet-elle de trouver des familles plus facilement ?

Honnêtement ? C’est plutôt l’inverse. Bien sûr, ceux qui me suivent sur Facebook -et à mon grand étonnement ils sont de plus en plus nombreux- m’écrivent qu’ils me confieraient leurs enfants les yeux fermés. Mais d’une, j’ai curieusement assez peu de lecteurs de mon secteur géographique, ça ne me sert donc pas à grand chose professionnellement, et de deux, j’aime un peu trop blaguer je crois… Ca donne à certains parents un sentiment de manque de sérieux et ils ont du mal à faire la différence entre la réalité et ce que je poste parfois. Et comme sur Facebook une publication tombe vite dans l’oubli, ce ne sont pas mes photos de vie ou mes activités avec les enfants qu’ils voient en premier mais des panneaux d’humour parfois un peu noir et incompris. Mais pour moi c’est surtout un passe-temps le soir et les weekends… qui a pris des proportions que je n’imaginais pas !

Ca me permet aussi de faire de belle rencontres, et oui, ça existe sur ces réseaux sociaux si critiqués ! Et je reçois des messages touchants en privé qui me font penser que je ne fais pas totalement ça pour rien. Si ça permet à une maman ou une nounou de rigoler un peu après une sale journée ou de partager une info importante, c’est toujours ça de pris. Si en plus ça rendait ce métier un peu plus « cool » auprès des hommes, mon, bonheur serait total !

Un dernier conseil ?

Beaucoup de gens pensent que ce n’est pas un métier pour les hommes, voir pas un métier du tout. On passe parfois de mauvaises journées et notre vie sociale n’est plus forcément au top… Mais voir évoluer les bambins, les aider à réussir quelque chose, recevoir un câlin sans raison apparente ou les voir arriver heureux le matin compense largement. En bref, écoutez plutôt votre sentiment profond que les remarques des autres, qui seront peu nombreux à être de bons conseils.

Merci beaucoup à Monsieur Nounou, rendez-vous sur sa page et n’oubliez pas de laisser un petit j’aime. Ca fait toujours plaisir !

Et vous ?

Les hommes nounous vous en pensez quoi ?

Cet article comporte 2 commentaires
  1. Bonjour,

    Et bien, je trouve que les hommes manquent ! J’ai pu travailler chez une famille qui avait moi pour gérer le petit dernier et le baby sitter américains pour les deux grands .
    Et bien j’ai adoré ! Il était super avec les enfants ! je me souviens que je rentrais avec lui le soir en transport , il était drôle, dynamique, il faisait des constructions avec le Kapla comme je n’ai jamais réussit à faire moi même ^^

Donnez votre avis !!

Rechercher